Deux musées sur le port Hercule en 2020

Raphaël Brun
-

Un musée des Grimaldi et un musée de l’homme et de la mer verront le jour d’ici 2020, sur l’esplanade des Pêcheurs.

 

Un musée des Grimaldi, un musée de l’homme et de la mer, un immeuble avec 52 appartements de grand luxe et un parking de 250 places. C’est le contenu d’un projet sur lequel le groupe Caroli travaille depuis trois ans. Quatre ans et demi de travaux seront nécessaires, pour un coût total estimé à 300 millions d’euros. Objectif : construire plus de 50 000 m2, dont 26 825 m2 de surfaces utiles et 4 500 m2 d’esplanade. Le nouvel ensemble sera situé du côté de l’esplanade des Pêcheurs, en dessous du fort Antoine. Un secteur qui pourra donc bénéficier de ces travaux pour être mis en valeur.

Cette opération repose sur une dation. L’Etat monégasque vend environ 9 000 m2 de terrain au groupe Caroli. En échange, le promoteur offre les deux musées, l’esplanade, 30 places de parkings sur les 250 et 6 000 m2 de bureaux et de commerces. Le promoteur sera aussi chargé de gérer le musée de la mer pendant 15 ans. Il pourra vendre les 52 appartements de luxe. Au final, ce montage permet à l’Etat de ne pas débourser un centime.

 

Ricciotti et Goddio

L’architecte du MuCEM de Marseille, du Département des Arts de l’Islam au Louvre ou du Musée Jean Cocteau, le Varois d’adoption Rudy Ricciotti, a été chargé d’élaborer cet énorme projet, en compagnie de l’architecte monégasque Fabrice Notari. Très contemporain, le musée de l’homme et de la mer se distingue par sa surface de 5 670 m2 et par la particularité et la forme de sa couverture. Des espaces seront dédiés à des expositions temporaires et permanentes. Le célèbre archéologue sous-marin français, Franck Goddio, offrira sa collection d’objets sous-marins. Quant aux 2 600 m2 sur trois étages du musée Grimaldi, il sera organisé autour d’une façade en verre réfléchissant. Les 11 étages de l’immeuble de grand luxe privé offriront une vue sur la mer d’un côté et une vue sur le port de l’autre. Une grande esplanade surélevée assurera le lien entre ces trois bâtiments. Enfin, 6 000 m2 de commerces et de bureaux, qui resteront la propriété de l’Etat, animeront ce nouvel espace.

Le dossier est en cours d’étude par le Conseil national en vue de la désaffectation du terrain. Et le permis de construire sera déposé dans les tout prochains jours.

journalistRaphaël Brun