RobertShaw : les salariés manifestent

Sabrina Bonarrigo
-

La série noire continue dans l’industrie. Après les plans sociaux qui ont frappé BorgWarner, Theramex, Monachem ou encore Mecaplast, ce sont les salariés de Invensys RobertShaw qui ont été lourdement touchés par un plan social (voir Monaco Hebdo n° 909). Cette usine installée dans le quartier de Fontvieille est spécialisée dans les composants électroménagers. Elle devrait fermer ses portes au dernier trimestre 2015. En cause notamment : une délocalisation de la production en République tchèque. L’annonce a été faite le 15 janvier par le responsable Europe de l’entreprise. Au total, 82 emplois vont donc être supprimés à Monaco. Pour manifester leur colère, les salariés ont prévu un mouvement de grève jeudi 29 janvier de 13 heures à 15 heures chez Invensys Monaco. Pour l’Union des syndicats de Monaco (USM), cette annonce a été un choc. « Monaco est devenu un laboratoire de précarité. C’est la mort de l’industrie en principauté », a regretté Olivier Cardot, secrétaire général adjoint de l’USM lors d’une conférence de presse le 23 janvier. Après cette annonce, le gouvernement a réagi à son tour. Dans un communiqué, il prend acte « avec regret », de la fermeture du site monégasque : « Cette décision démontre que Monaco n’est pas épargné par la mondialisation de l’industrie. La Principauté n’est pas à l’abri de restructurations liées à la stratégie de groupes internationaux et de délocalisations dans d’autres pays aux coûts salariaux moindres. » Pourtant, le gouvernement estime que l’industrie a encore de l’avenir à Monaco. « Sans doute pas sous la forme de production de masse à faible valeur ajoutée, mais dans la recherche et développement, dans la fabrication de produits de haute technologie et de biens à forte valeur ajoutée. » L’Exécutif rappelle également qu’il y a aussi des « success stories » et « des créations d’emplois, dont on ne parle jamais. » Selon les chiffres du gouvernement, en 2009, il y avait environ 3 200 salariés dans le secteur industriel. Cinq ans plus tard, il y en a 3 100. « Soit une relative stabilisation. » A noter que, comme pour les autres plans sociaux, tous les salariés de RobertShaw concernés pourront s’inscrire auprès du service de l’emploi à Monaco. Et ce, quel que soit leur lieu de résidence.

journalistSabrina Bonarrigo