Le Conseil de l’Europe adopte le mandat de négociation

Anne-Sophie Fontanet
-

Le ministre d’Etat, Michel Roger, a fait part de la nouvelle en pleine séance budgétaire devant les élus du Conseil national, le 16 décembre. Le Conseil de l’Europe a fait savoir par un communiqué de presse qu’un mandat de négociation avait été adopté entre la commission européenne et les trois micro-Etats, Andorre, San Marin et Monaco. « Ensemble, ils comptabilisent une population de 150 000 habitants et ont des rapports privilégiés avec leurs voisins européens respectifs » signale le communiqué de presse. Cette décision autorise donc les négociations sur de futurs accords entre l’Union Européenne (UE) et ces pays permettant de « construire des relations plus étroites. » « Leur rapprochement avec le cadre légal du marché unique devrait profiter à toutes les parties, en assurant une situation plus équitable pour les activités économiques ainsi que pour les citoyens » se félicite le Conseil de l’Europe. Objectif : la réduction des obstacles liés au libre échange de biens et à la libre circulation des personnes. « De plus, les futurs accords permettront d’établir un cadre institutionnel plus cohérent et efficace pour les relations entre l’UE et ces pays. » Le Conseil de l’Europe a rappelé que les spécificités de chacun de ces trois pays seront prises en compte. Les négociations devraient pouvoir commencer dès le début de l’année 2015. Le prince Albert a confié la charge de ces négociations à Gilles Tonelli, chef de la mission de Monaco auprès de l’UE.

journalistAnne-Sophie Fontanet