Teva Théramex : les négociations continuent

Romain Chardan
-

Depuis l’annonce de la fermeture du site d’ici 2016, les réunions s’enchaînent pour les délégués du personnel de Teva Théramex. Après leur direction, qu’ils ont déjà pu voir à trois reprises, ils ont rencontré le gouvernement, ainsi que l’inspection du travail. Selon l’un d’eux, Stéphane Billié, le rendez-vous avec Stéphane Valeri, conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales, s’est bien passé. Il leur a indiqué qu’il comprenait l’inquiétude des salariés dans cette période difficile pour eux et leur a fait part du soutien du gouvernement dans cette épreuve. Selon un communiqué officiel, ce dernier « a demandé aux dirigeants de Teva qu’ils mettent en œuvre, au-delà des obligations légales, les meilleures mesures possibles en faveur des employés, tant sur le plan des indemnités de licenciement, que de l’aide à la réinsertion professionnelle. » Pour autant, le combat ne s’arrête pas du côté des employés licenciés, qui sont encore descendu dans la rue le 24 juin. Les employés ont certes apprécié la transparence de la direction, qui « a communiqué directement à l’ensemble du personnel le plan de licenciement », et sont « prêts à accepter que Teva ferme ». Mais pour les délégués du personnel, « il faut accompagner les gens dignement ». D’autant que selon eux, la fermeture du site monégasque « est une restructuration dans le seul but d’améliorer la rentabilité et la productivité de Teva, rien de plus. » Dans son communiqué, la direction de Teva justifie la fermeture du site monégasque par le fait que « le portefeuille de produits aujourd’hui développé par Théramex ne permet plus d’assurer sa valeur ajoutée en maintenant les activités de la société à Monaco. » Récemment, les délégués du personnel ont d’ailleurs suggéré une hypothèse à leur direction afin d’évaluer les réelles motivations de la société. « Lors de la première réunion, on nous a exposé que les produits étaient vieillissants. Nous avons alors demandé si jamais, nous, employés, souhaitions racheter Théramex, est-ce que Teva serait prêt à céder les locaux et le matériel. La direction nous a répondu peut-être, mais au prix auquel Teva a racheté Théramex… On a ensuite demandé s’ils pourraient alors nous rétrocéder nos produits vieillissants. La direction nous a dit que Teva ne se séparerait pas du portefeuille-produits de Théramex. Donc ils nous montrent qu’on a des produits vieillissants, mais ne veulent pas s’en séparer. Voilà toute l’incohérence… » Les délégués du personnel auraient également demandé à être assistés lors des réunions par un membre de l’Union des syndicats de Monaco, ainsi que d’un juriste, mais cela leur a été refusé. //R.C.

journalistRomain Chardan