Radio Monaco à la conquête de Paris

La Rédaction
-

Radio Monaco s’écoute en RNT depuis le 20 juin à Paris (1). Christophe Laury, directeur général délégué, nous raconte comment le média lancé par Gildo Pastor a franchi ce cap.

Propos recueillis par Margaux Biancheri.

Monaco Hebdo : Qu’est-ce qui vous a convaincu de franchir le pas vers la Radio numérique terrestre (RNT) ?
Christophe Laury : La RNT, c’est une qualité de son et de réception. Toutes les plateformes basculent en numérique ou en tout numérique. La radio, qui reste le média préféré des Européens et surtout des Français, est le seul média qui n’a pas franchi ce cap. Qu’attendons-nous ? Je note, une fois de plus que Monaco via MCR (2) et l’excellent travail de Pierre Médecin et de ses équipes a su répondre à cette exigence d’innovation. Aujourd’hui, Radio Monaco, c’est au départ de la Principauté en RNT entre le Cap d’Antibes et Menton.

M.H. : Concrètement, qu’est-ce que cela va changer pour vos auditeurs à Monaco ?
C.L. : La RNT, c’est la radio en écoute numérique, sans grésillement, sans changer de fréquence ou bien encore, sans être brouillé par une autre station sur des centaines de km pour celles et ceux qui écoutent la radio en mobilité. Pour apprécier la RNT, il faut la tester, s’équiper d’un simple poste de radio et voir la différence. Cette différence est immédiate, le confort d’écoute et la clarté du son tissent un nouveau lien entre la station de radio et ses auditeurs.

M.H. : Franchir ce cap, c’est aussi la possibilité de partir à la conquête de Paris et de ses millions d’auditeurs ? Comment l’avez-vous préparée, cette conquête ?
C.L. : Nous avons choisi la ville de Paris dans l’appel d’offres du CSA en France il y a plusieurs mois. Paris est une capitale. Depuis deux saisons et le lancement de notre ligne éditoriale « Monaco dans le monde », nous fabriquons avec nos correspondants aux quatre coins de la planète et dans les plus grandes capitales une information de qualité. Radio Monaco à Paris est une formidable étape pour notre station.

M.H. : Quels seront les changements effectués sur la ligne éditoriale de Radio Monaco ?
C.L. : Radio Monaco à Paris, ce sont de nouveaux auditeurs, géographiquement éloignés mais j’en suis certain sensibles aux programmes et aux valeurs de notre station, notamment l’émission de la princesse Stéphanie consacrée à la lutte contre le sida, Jungle Fight. Nous allons par ailleurs produire mensuellement un GMT+ en direct d’un établissement parisien. Jean-Christophe Dimino recevra des personnalités ayant un lien avec Monaco.

M.H. : Financièrement, ce changement a-t-il un coût ? Et si oui quel est le montant ?
C.L. : Les coûts de diffusion en RNT sont bien inférieurs à ceux de la diffusion en FM ! Les coûts étant partagés par les stations réunies dans un groupe de Multiplex. Pour être plus clair : le diffuseur est une copropriété et les locataires sont les radios.

M.H. : La RNT permet la création de nouvelles stations, et une plus grande concurrence. Qu’en pensez-vous ?
C.L. : La concurrence, c’est ce qui refroidit les grands groupes français qui refusent ce mode de diffusion. Au final, ce sont les auditeurs qui choisiront, comme toujours et c’est très bien ainsi.

M.H. : Selon vous, la bande FM est-elle vouée à disparaître ?
C.L. : Faites un sondage dans les cours de récréations de nos écoles ! J’ai bien peur que les lettres FM soient les initiales d’un camarade de classe !

(1) La Principauté a lancé le 28 avril dernier la diffusion en numérique de RMC, Radio Monaco, Radio Riviera, RMC1, RMC2, Chik Radio, Radio Ethic et Rete 105.
(2) La diffusion est assurée par la société Monte-Carlo Radiodiffusion, concessionnaire exclusif de l’exploitation des fréquences de radiodiffusion en principauté, dont l’Etat est actionnaire à 49 %.

journalistLa Rédaction