Enfant laissé dans la voiture : prison avec sursis

Adrien Paredes
-

Un couple de nationalité russe a été condamné mardi à dix jours d’emprisonnement avec sursis pour avoir laissé son enfant de sept ans seul à l’intérieur de son véhicule dans un parking de Monaco.

Après s’être rendus à Cannes, ils voulaient voir le circuit du Grand prix. Ce soir du 25 mai, Pavel et Oxana, mariés et embarqués dans un tour d’Europe, auraient pu satisfaire leur curiosité en compagnie de leurs deux enfants. Si leur petite fille d’un an se trouvait avec eux, l’aîné, âgé de sept ans, est, lui, resté enfermé dans leur véhicule aménagé comme un camping-car, garé au parking du Jardin Exotique. Au dixième sous-sol. Le parquet général a considéré qu’il s’agissait d’un abandon de famille. Le couple de Russes a préféré laisser dormir le garçonnet, fatigué. Une attitude pour le moins irresponsable puisque de nombreux drames sont survenus, notamment en France, avec des enfants et des animaux restés enfermés dans des véhicules.

Livré à lui-même pendant cinq heures
Un gardien, qui effectuait sa ronde, a donné l’alerte à la Sûreté après avoir entendu des pleurs d’enfant. Les pompiers sont intervenus pour briser une vitre du véhicule et extraire le garçon. Celui-ci, pris en charge au centre hospitalier Princesse Grace, ne présentait, heureusement, aucun signe de déshydratation. Ses parents ne sont revenus qu’aux alentours d’1 heure du matin, soit cinq heures après avoir laissé l’enfant. Ils se sont présentés au gardien pour demander où se trouvait leur fils. Entendus par les policiers, Pavel et Oxana ont indiqué qu’ils n’avaient « pas vu le temps passer » et s’étaient « perdus » en principauté. Le couple a reconnu qu’il n’aurait pas dû laisser l’enfant dans le véhicule.

« Inexcusable »
« Il s’agit d’une situation qu’on connaît quelquefois en principauté. Ça se passe plutôt du côté du casino avec des gens qui s’oublient devant les machines à sous. Là, ils ont oublié qu’ils avaient un enfant enfermé dans leur voiture », a déclaré l’avocat général, Jean-Jacques Ignacio, qui a tancé l’irresponsabilité des parents : « Il y a suffisamment de chiens et d’enfants qui meurent enfermés sur des parkings, intérieurs ou extérieurs, pour rappeler aux parents que ni enfants ni animaux ne doivent rester enfermés dans les véhicules. » L’avocat du couple, Me Bernard Bensa a plaidé la relaxe sur un plan purement juridique. « Certes, ce qu’ils ont fait est inexcusable. Mais le parquet a-t-il bien fait de les renvoyer pour abandon de famille ? Un simple rappel à la loi aurait suffi », s’est-il interrogé, assurant que l’infraction n’était pas caractérisée. « Il n’y a pas eu de mauvais traitements, pas de signes de déshydratation. Or, les faits doivent compromettre gravement la santé des enfants et de manière continue », a-t-il relevé, se basant sur une jurisprudence française. La mise en danger de l’enfant a tout de même incité le tribunal à condamner le couple à dix jours d’emprisonnement assortis du sursis.

Boutique Passé Actuel : les braqueurs jugés à Nice

Le procès des quatre Lituaniens qui avaient braqué la bijouterie Passé Actuel sur le boulevard des Moulins, le 18 septembre 2012, a débuté mardi à la cour d’assises de Nice. Il doit se poursuivre jusqu’à vendredi. La vendeuse de la boutique avait été ligotée et molestée. Les braqueurs avaient emporté une cinquantaine de montres de collection. Le vol à main armée avait entraîné une course-poursuite entre les policiers monégasques et les malfaiteurs, qui s’était achevée dans une station-service de Roquebrune-Cap-Martin. Un coup de feu avait été tiré durant la fuite des gangsters, qui avaient volé une voiture en Italie avant le braquage. Deux hommes avaient été interpellés le 18 septembre 2012, un troisième au cours d’un banal contrôle routier sur l’autoroute A10 près de Poitiers et le dernier à Francfort.

journalistAdrien Paredes