Jeunes entrepreneurs : mode d’emploi

Sabrina Bonarrigo
-

2014 est « l’année de l’entrepreneuriat » pour la Jeune chambre économique de Monaco (JCEM). Pour aiguiller les entrepreneurs en herbe et encourager l’esprit d’entreprise, l’association monégasque multiplie les initiatives.

Au lieu d’enchaîner intérim, stages et autres CDD, ou pire, de rester au chômage, de plus en plus de jeunes sont tentés par la création d’entreprises. Leurs motivations ? Etre libre de leurs décisions, montrer de quoi ils sont capables ou encore faire leur propre expérience. Cette appétence des jeunes candidats à l’entrepreneuriat, la JCE a décidé de l’encourager en multipliant les initiatives à Monaco. Concours de création d’entreprises, business happy hours, dîners d’affaires et petits-déjeuners débats (en français et en anglais) sur différents thèmes… Sans oublier « Les mardis de l’entrepreneuriat » au stade Louis II. Des conférences payantes (1) — organisées jusqu’au 20 mai prochain — au cours desquelles des experts monégasques livrent les bases fondamentales pour monter une boite à Monaco : fiscalité, propriété intellectuelle, business plan ou encore législation sociale etc. De quoi mettre le pied à l’étrier de ces entrepreneurs en herbe.

Pitcher
La JCE s’est même lancée le pari d’organiser pour la première fois un « Week-end start-up. » Un concept fondé à l’origine en 2007 à Seattle aux Etats-Unis et qui a déjà rencontré un gros succès dans plus de 50 villes et 12 pays. Objectif : réunir pendant 54 heures des ingénieurs, des graphistes, des développeurs, des chefs de projet, des juristes, des comptables, des experts en marketing ou en communication, ou tout simplement, des personnes qui ont envie de lancer leurs start-up. A leur arrivée, les participants se présentent et pitchent leurs idées. “Pitcher” signifie savoir présenter un projet en une à deux minutes seulement. Exercice de style devenu une discipline à part entière dans les grandes écoles. Ensuite des petits groupes de travail se forment, par affinités et par compétences. A la fin du week-end, les participants présentent l’aboutissement de leur travail devant un jury d’experts qui départage les meilleurs projets.

Moyenne d’âge 25 ans
Du 25 au 27 avril au Novotel, le Week-end start-up Monaco a réuni 75 entrepreneurs en herbe. Moyenne d’âge : 25 ans. « Il s’agissait majoritairement de Français de la région, issus essentiellement d’écoles de commerces et de marketing. Des étrangers aussi se sont inscrits. Des allemands, des espagnols et même une américaine de passage », explique Marion Aufan, responsable du pôle événementiel à la JCE. Professionnels ou étudiants, tous ont planché pendant 54 heures sur la création d’un modèle d’entreprise et la conception un business model. Parmi les 13 membres du jury figurait Eve Chegaray, chroniqueuse dans l’émission BFM Académie ou encore l’élu de la majorité au conseil national Thierry Crovetto. C’est finalement l’équipe P@ndor, projet destiné notamment à assurer la sécurité des e-mails, qui a eu les faveurs du jury. A la clé ? Pas de dotation financière mais une médiatisation et quelques lots. « Une offre d’hébergement en principauté, quelques mois dans un data center, un smartphone etc. », explique Marion Aufan. Les autres projets qui n’ont pas été retenus par le jury, pourront toujours tenter leur chance avec la 19ème édition du concours de création d’entreprises (voir détails p. 10)

(1) « Mardis de l’entrepreneuriat. » Gratuit pour les membres de la JCEM, les candidats inscrits au concours 2014 de création d’entreprise et les demandeurs inscrits au service de l’emploi. Membres candidats, membres associés : 20 euros pour le cycle entier (5 euros par module.) Sénateurs, et externes : 60 euros pour cycle entier (15 euros par module) Nombre de places limité. Inscriptions à jcemonaco@jcemonaco.mc.

journalistSabrina Bonarrigo