« Happy » pose sa toile

La Rédaction
-

Nice, Menton… Le phénomène Happy a gagné la Côte d’Azur. Sur YouTube, on trouve même un We are from Monaco, un clip amateur sur la musique de Pharrell Williams.

Par Margaux Biancheri.

Tapez sur YouTube « Happy (we are from Nice) » ou « Happy (we are from Menton)­ » et vous aurez la surprise de reconnaître peut être votre quartier voire certains figurants. La folie Pharrell Williams a même gagné la Principauté : une poignée de jeunes de Monaco ont réalisé un clip enregistrant leurs pas de danse esquissés sur la musique entêtante de l’Américain. Car le phénomène « Happy », c’est sans aucun doute en premier lieu le succès de ce chanteur qui enchaîne les tubes. Aux Oscars 2014, l’américain a d’ailleurs interprété durant la cérémonie la bande originale du film Moi moche et méchant 2 alors que le film n’était même pas en compétition. Les Grammy Awards l’ont récompensé pour les chansons qu’il a composées et interprétées au côté des Daft Punk ou de Gwen Stefani. Get Lucky et Hard Candy, des tubes qui n’ont pas pu vous échapper puisqu’ils ont envahi les ondes, la télévision et surtout le net. Celui qui « ne veut plus domestiquer » les femmes, comme dans le controversé Blurred Lines en featuring avec Robin Thick, délivre aujourd’hui une vraie ode à la vie et au bonheur dans le clip du titre Happy. Le concept ? La chanson en boucle dans une vidéo de 24h tournée partout dans le monde où inconnus et acteurs célèbres dansent et chantent. L’idée séduit et au son de cette nouvelle mélodie du bonheur, toute la toile se trémousse. Quelques semaines seulement après la sortie de l’album, des milliers d’internautes réalisent leurs propres vidéos dans les endroits clefs de leur ville. La Côte d’Azur ne pouvait évidemment pas déroger à la règle.

Heureux chez nous
Plus original qu’un Flashmob, plus intéressant qu’un Harlem Shake. C’est ce qui a plu à Gaëlle Simon, étudiante en communication à Nice et réalisatrice du Happy (we are from Nice). C’est « l’idée de présenter une ville et ses habitants à travers un clip à la bonne humeur communicative pour partager notre bonheur d’être du sud ». Dès la sortie de la chanson, elle a relevé le challenge avec deux étudiants en journalisme à Cannes de faire bouger la ville. Mission réussie : « Certains passants étaient plutôt perplexes de voir des gens danser seuls dans la rue, d’autres au contraire ont voulu participer au projet et nous ont suivi pendant le tournage ». Rapidement, BFM TV et la presse locale relaient l’information, le buzz prend : une belle carte postale pour la ville et… de visite pour les étudiants. « L’engouement pour la vidéo est une vraie surprise pour nous, on ne s’attendait pas à de tels retours », affirme Gaëlle Simon. Si Menton a elle aussi son « Happy », Monaco n’a toujours pas de vidéo professionnelle. Alors qui s’y met ?

journalistLa Rédaction