Les ambitions de Radio Monaco

Milena Radoman
-

Depuis 3 ans, Radio Monaco s’est frayé un chemin sur les ondes. Son directeur Christophe Laury explique la stratégie de la station « music and news ».

«Vous êtes plutôt Malher ou GMT+ ? »  « Les deux mon général ! » A écouter certains auditeurs de Radio Monaco, la station monégasque a fait son chemin depuis son arrivée sur les ondes en 2007. Connue initialement pour sa programmation musicale inédite sur la Côte d’Azur, avec un positionnement à la Radio Nova, et sa (très agréable) quasi-absence de publicités, elle a opéré une mutation en douceur depuis près de trois ans. Aujourd’hui, une émission comme GMT+, animée par la voix envoûtante du journaliste Jean-Christophe Dimino et basée sur des magazines décalés, se taille la part du lion. Tandis que la gouaille de Malher, l’ex-animateur de Skyrock accompagné de son comparse Nicolas Saussier, « allume » la télé en direct (dans tous les sens du terme). Et si Jungle Fight, à laquelle participe la princesse Stéphanie, séduit par sa liberté de ton sur la sexualité et le sida, Radio Monaco joue la carte de la diversité avec des émissions culturelles. Qu’il s’agisse de Full access, L’envers du dimanche ou encore Soul connection.

Stratégie payante
Pour le directeur général Christophe Laury, il était capital d’être ancré dans un moule « music and news ». C’est pourquoi depuis 3 ans, à l’antenne, la pop électro a pris le dessus et les flashs d’actualité se sont multipliés. La nouvelle grille des programmes, qui a démarré le 2 septembre, confirme cette stratégie. « Avec le prolongement de la matinale, nous avons intégré des tranches d’informations régulières. L’équipe compte aujourd’hui 18 personnes et nous aurons bientôt 12 correspondants en Europe (Londres) bien sûr mais aussi en Afrique, en Asie (Shanghai) et même en Amérique du sud. » Le nombre de chroniques a également augmenté. L’humeur de Franck Hermann et sa « Place royale » sont suivies du « Morning call live in the USA » de Benoît Clair. Actualité de l’ASM oblige, Jean-Christophe Sanchez anime désormais le samedi matin une émission dédiée, « Le Grand club ».
Côté audimat, la stratégie semble payer. En 3 saisons, Radio Monaco n’a cessé de progresser avec des audiences grimpant de 90 % à Cannes/Grasse/Antibes, 75 % à Nice et 73 % pour le département des Alpes-Maritimes, selon une étude Médialocales sur les 13 ans et +. « Ces progressions sont spectaculaires, quasi-uniques et elles se répercutent sur internet et les réseaux sociaux avec un nombre de visites en augmentation de plus de 50 % en 1 an », estime Christophe Laury pour qui « le programme Radio Monaco est installé pour se développer durablement ».

Numéro 1 des CSP+
Selon une autre étude de Médiamétrie, en principauté, Radio Monaco s’est imposée numéro 1 sur les CSP +, dirigeants, décideurs et cadres. Et la station ne veut pas s’arrêter là. Si elle émet aujourd’hui de Bordighera à Saint-Tropez en FM, Christophe Laury lorgne sur d’autres fréquences. « Si demain une fréquence FM se libère à Paris ou ailleurs, je serai candidat ». En attendant, l’avenir immédiat de Radio Monaco est sur la RNT. « Le CSA a accepté notre candidature pour la radio numérique terrestre à Paris. Nous sommes prêts à candidater ailleurs », indique le DG. A Paris, l’essai devrait être transformé d’ici le printemps 2014.

journalistMilena Radoman